Posted on: 2 janvier 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 9

Comment ça marche ? L’élection présidentielle américaine est un scrutin indirect permettant l’élection du collège électoral qui choisit ensuite le président des États-Unis et le vice-président.

Ce processus est régi par des règles inscrites dans la Constitution. La désignation des grands électeurs et le choix des candidats font l’objet de règles établies par chacun des États d’où sont issues des traditions plus ou moins formalisées. Depuis la seconde moitié du XX ème siècle, ce processus prend environ un an.

Qui peut se présenter ? Pour se présenter à l’élection américaine, il faut : être âgé de plus de 35 ans ; être citoyen des États-Unis à la naissance ; avoir résidé aux États-Unis pendant au moins 14 ans et enfin ne pas être candidat à un troisième mandat (depuis 1947 le nombre de mandats est limité à 2).

Concernant la déclaration, le candidat doit se déclarer dans chaque État où il veut obtenir les voix des « grands électeurs ». Dans la pratique, les dernières élections se jouent entre les deux candidats des partis démocrate et républicain.

Comment sont choisis les candidats qui vont se présenter ? Au sein du parti au pouvoir, le Président en exercice, s’il n’a accompli qu’un seul mandat, est pratiquement toujours candidat à sa propre succession. Dans l’hypothèse contraire son Vice-président est généralement favori pour représenter son parti.
Au sein du parti d’opposition, la lutte est beaucoup plus ouverte et la tactique peut évoluer en cours de campagne : l’un des candidats devient favori au fur et à mesure des déplacements, de la campagne de publicité ou encore des réunions publiques.

Les primaires et caucus (réunions de sympathisants ou membres de mouvements politiques) sont une étape très importante du processus électoral américain. Ils ont lieu entre février et juin de l’année de l’élection présidentielle. Les candidats abandonnent au fur et à mesure que les budgets s’amenuisent, les primaires étant très coûteuses. Certains candidats choisissent même de ne se présenter que dans certains États afin d’économiser leurs fonds pour la suite de la campagne, encore plus coûteuse. Outre le coût financier, le mode de scrutin ne permet la présence que de deux candidats. En effet, le mode de scrutin américain est, bien qu’indirect, à un seul tour. Les électeurs ne se prononcent qu’une seule fois, les grands électeurs se contentent uniquement de répercuter le vote des électeurs.

Vient ensuite les Conventions nationales des Partis républicain et démocrate (équivalent de la droite et de la gauche en France). Les partis présentent leurs « tickets » c’est-à-dire les personnes désignées comme candidat à la présidence et à la vice-présidence. Les candidats y présentent également leur programme. Cette Convention a perdu de son panache depuis la deuxième moitié du XX ème siècle car les médias totalisent le nombre de délégués acquis à la cause de chaque candidat et celui qui arrive en tête est généralement connu dès la fin du mois de mars. La désignation du candidat par la Convention n’est donc qu’un pur formalisme. Le vice-président est, quant à lui, généralement choisi par le candidat à la présidence avec, pour but, de se positionner dans un maximum d’Etats. Une fois ce vote achevé, le candidat désigné et son partenaire peuvent faire campagne.

Comment sont désignés les grands électeurs ? Le jour de l’Election Day, le mardi qui suit le premier lundi de novembre, les électeurs américains sont invités à voter pour l’élection de leur président. Cependant, ils n’élisent pas directement celui-ci car le scrutin se fait au suffrage indirect. Chacun des cinquante États élit un nombre de « grands électeurs » égal au nombre de ses représentants et sénateurs soit un total de 538. Le nombre de « grands électeurs » diffère suivant les états puisqu’il est proportionnel à leur population. Pour exemple, la Californie, Etat très peuplé, dispose de 55 votes alors que le Montana n’en compte que 3.

Enfin, les grands électeurs votent pour le candidat de leur choix. Les grands électeurs se réunissent dans chacun des États pour élire officiellement le président et le vice-président des États-Unis. Si aucun candidat ne recueille la majorité absolue des votes des grands électeurs, c’est la Chambre des représentants qui élit le président et le Sénat qui désigne le vice-président. Chaque État y a alors une voix, peu importe son nombre d’habitants ou de représentants.

Entre le vote de novembre et la confirmation formelle des grands électeurs d’une part et la date du 20 janvier où le nouveau président prend ses fonctions d’autre part, il y a une période de transition qui permet à l’ancienne « administration » (ensemble du gouvernement et des conseillers du président) de faire la liaison avec la nouvelle.

Le 20 janvier suivant l’élection présidentielle (parfois le 21 janvier si le 20 tombe un dimanche), a lieu « l’Inauguration Day ». Durant cette journée, le nouveau président prête serment et fait un discours d’investiture qui doit marquer les grandes lignes de sa présidence. Puis, de manière coutumière, le président se rend au Congrès pour un discours sur l’état de l’Union qui lui permet d’annoncer les grandes lignes du programme politique de l’année à venir.

Ce processus est en cours aux Etats-Unis en ce moment-même et il oppose Donald Trump et Joe Biden. Résultats le mardi 03 novembre prochain !

“La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante: le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération” James Freeman Clarke (écrivain anglais)

9 People reacted on this

Leave a Comment