Posted on: 2 janvier 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Joe Biden a été élu samedi, à 77 ans, 46èmeprésident des États-Unis, l’emportant face à Donald Trump et mettant fin à une séquence politique inédite qui a secoué l’Amérique et le monde.

Que prévoit le programme de Joe Biden ?

Un investissement massif pour endiguer le Covid-19. Joe Biden souhaite mettre en place un corps de santé de 100 000 employés consacré à la lutte contre le virus, constituer des stocks de vaccins et lancer d’immenses dispositifs de dépistages sur tout le pays. Il souhaite également la mise en place de son plan intitulé « Build Back Better » (Reconstruire mieux). Très ambitieux, il prévoit de recréer les 18 millions d’emplois perdus à cause de la crise du coronavirus, auxquels se rajouteraient 5 millions de nouveaux emplois. Pour cela, un plan d’investissement massif de 400 milliards de dollars sera mis en place, « pour acheter des produits et du matériel dont notre pays a besoin pour moderniser les infrastructures, reconstituer nos stocks et améliorer notre sécurité » a expliqué Joe Biden.

Une hausse des impôts des plus fortunés. Le candidat à la Maison Blanche entend augmenter les impôts (à l’inverse de son prédécesseur) en ciblant les plus aisés du pays, pour récupérer au total près de 4 000 milliards de dollars sur 10 ans. Selon une étude de l’American Enterprise Institute, « le programme de Biden alourdira la fiscalité pour les 5 % de foyers les plus aisés, et allégera la fiscalité des 95 % restants ». Le futur président prévoit aussi d’augmenter les taxes sur les entreprises, en remontant l’impôt sur les sociétés (de 21 à 28 %), et en relevant les prélèvements sur les bénéfices réalisés à l’étranger par des entreprises américaines. Ce dernier point vise clairement à les encourager à relocaliser des emplois aux Etats-Unis.

Un salaire minimum doublé. Joe Biden a fait sienne cette proposition du “socialiste” Bernie Sanders : faire passer le salaire minimum fédéral de 7,25 dollars de l’heure à 15 dollars. Du jamais vu dans l’histoire moderne des États-Unis.Selon une analyse réalisée par le Bureau du budget du Congrès (une agence fédérale), la mesure permettrait d’augmenter la paye de 27,3 millions de salariés. La “Social Security américaine” est actuellement financée par une taxe de 12,4% répartie entre employés et employeurs, sur les revenus allant jusqu’à 137 700 dollars. Joe Biden entend supprimer ce plafond, ce qui implique que les américains aux plus forts revenus seront ceux qui seront les plus mis à contribution. Joe Biden a réaffirmé son soutien à l’Affordable Care Act (ACA), ou « Obamacare », que Donald Trump voulait voir disparaître. Joe Biden souhaite que la quasi-totalité des 27 millions d’américains qui n’ont pas encore de couverture maladie puissent s’assurer durant son mandat. Mais cette promesse pourrait être remise en cause : la Cour suprême des États-Unis, qui penche du côté conservateur, pourrait retoquer l’« Obamacare ».

Aide à l’accès aux études supérieures. Joe Biden aspire à un renforcement des aides sociales pour financer les études des jeunes résidant dans un foyer gagnant moins de 125 000 dollars par an.

Une augmentation de la taxe sur le capital. Elle devrait passer de 23,8% à 39% sur les revenus au-delà d’un million de dollars. Joe Biden, en revanche, ne propose pas de taxer les plus-values boursières ni la mise en place d’un impôt sur la fortune, au grand dam de l’aile gauche démocrate.

Une augmentation des taux d’imposition sur les profits des entreprises. Cela sera mis en place avec une disposition spéciale pour les profits réalisés à l’étranger, encore davantage ciblés (avec un taux doublé, pour le fixer à 21%).

Il souhaite consacrer 2 000 milliards de dollars à la lutte contre le réchauffement climatique. Cela s’effectuera sur l’ensemble de son mandat, avec deux mesures phares : atteindre la neutralité carbone dans la production d’électricité en 2035 et mettre en place un gigantesque plan de rénovation du parc immobilier. De plus, il reviendra dans l’Accord de Paris.

Concernant la justice, il souhaite des alternatives à l’incarcération. Il promet de nommer une commission nationale composée de membres des deux partis, qui devra sous 180 jours proposer des réformes du système judiciaire devenu, selon lui, « hors de contrôle ». Il veut notamment des alternatives à l’incarcération. En revanche, « il ne s’agit pas d’accroître le nombre de juges », a-t-il souligné.

Un assouplissement de l’immigration. Il a promis d’annuler « dès le premier jour » de son mandat le décret migratoire emblématique de Donald Trump, qui interdit l’entrée sur le territoire américain aux ressortissants de plusieurs pays, en majorité musulmans. Il a également promis de réduire les mesures de rétention des demandeurs d’asile et s’attaque à ce qu’il juge être le « scandale » des séparations des familles d’immigrés illégaux à la frontière américano-mexicaine. Il veut par ailleurs que le Congrès vote rapidement une loi qui « créera une feuille de route vers la citoyenneté » pour 11 millions d’immigrés sans-papiers vivant aux États-Unis et pour environ 700.000 jeunes, arrivés clandestinement sur le territoire lorsqu’ils étaient enfants, connus sous le nom de « Dreamers ». Sur le papier le programme de Joe Biden apporte de belles promesses pour l’avenir des États-Unis mais il pourrait rencontrer de nombreuses difficultés en cas d’absence (probable) d’une majorité au Sénat. La mise en place de toutes ces mesures ne sera donc pas tâche facile…

« La politique ne se résume pas au choix d’un candidat aux élections, c’est une manière de vivre » Constantin Costa-Gavras (cinéaste franco-grec)

Leave a Comment