Posted on: 2 janvier 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Aujourd’hui je souhaitais mettre le doigt sur ce mal trop répandu, la violence faite aux femmes. Et pour cela, rien de mieux que de vous présenter les chiffres.

En France, chaque année, environ 220 000 femmes adultes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint. Parmi elles, trois femmes sur quatre déclarent même avoir subi des «faits de violences répétés» et huit sur dix auraient également été soumises à des atteintes psychologiques et/ou des agressions verbales. Selon une étude de l’institut Ifop pour la Fondation Jean Jaurès, réalisée auprès de 2167 femmes de 18 ans et plus, 12 % ont été victimes d’un ou plusieurs viols au cours de leur vie. Elles sont également 43 % à déclarer avoir subi des gestes sexuels sans leur consentement.

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE

En 2018 : – 121 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire ;

– 21 enfants mineurs sont décédés, tués par un de leurs parents dans un contexte de violences au sein du couple ;

81 % des morts au sein du couple sont des femmes.

Parmi les femmes tuées par leur conjoint, 39 % étaient victimes de violences antérieures de la part de leur compagnon. Par ailleurs, parmi les 31 femmes auteures d’homicide, 15 d’entre elles avaient déjà été victimes de violences de la part de leur partenaire, soit 48 %. (Source : « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2018 », ministère de l’Intérieur, Délégation aux victimes).

Toujours en 2018 et selon le dernier rapport de la Délégation d’aide aux victimes, 23 % des victimes de féminicides avaient entre 40 et 49 ans. Il s’agit de la tranche d’âge la plus représentée. Au vu de ces chiffres alarmants, la question qui se pose est de savoir ce que le gouvernement met en place pour combattre ce fléau. En 2019, 530 millions d’euros sont dédiés à l’Egalité femmes-hommes indique le secrétariat d’Etat dédié. Toujours selon le secrétariat d’Etat à l’Egalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations, il y a eu, en 2019, une hausse de 30 % des subventions allouées aux associations qui traitent de violences conjugales (79 millions au total en 2019).

Depuis 2012, le gouvernement cherche à agir avec détermination pour faire reculer les violences faites aux femmes et mieux protéger les victimes. Selon lui, les violences sont mieux repérées et les victimes mieux prises en charge : le 3919 écoute et oriente toujours plus de femmes (50 000 appels par an en moyenne) ; 327 lieux d’écoute de proximité sont recensés ; 1550 places d’hébergement ont été créées (94% de l’objectif à atteindre en 2017) ; 530 téléphones grave danger (TGD) ont été déployés dans les territoires et plus de 300 000 professionnels ont été formés. Ces progrès ne sont pas suffisants selon les associations, qui réclament un milliard d’euros supplémentaire.

De plus, il faut prendre le mal à la racine, avec un changement radical des mentalités. Et ce n’est malheureusement pas gagné !

“Il reste que sa faiblesse physique ne permet pas à la femme de connaître les leçons de la violence” Simone de Beauvoir (écrivaine engagée)

Leave a Comment