Posted on: 3 janvier 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Des filles refaites de la tête aux pieds et habillées de façon la plus légère possible et des garçons musclés à outrance et sans grande vertu, voici le résumé des personnages de télé-réalité. A part quelques exceptions, voici les clichés que les jeunes subissent au quotidien.

Des programmes néfastes pour les jeunes générations ?

Avec pas moins d’une vingtaine de programmes sur les chaînes françaises, la télé-réalité n’en finit pas de faire recette. Ciblant une audience majoritairement adolescente, elle les rendrait bêtes et leurs parents, impuissants. La télé-réalité, bouc-émissaire télévisuel ou réel fléau destructeur de neurones ?

Une étude réalisée par Alain Lieury, chercheur en psychologie cognitive à l’UEB (Université Européenne de Bretagne) Rennes 2 et spécialiste de la mémoire a montré un lien entre le visionnage de télé-réalité et les résultats scolaires. L’objectif de cette étude est d’analyser la fréquence des loisirs chez les adolescents et leurs liens avec les performances scolaires et cognitives. L’enquête a été réalisée sur un large échantillon représentatif de 27 000 adolescents français (14 ans 6 mois) du collège (3e). Le « Top 10 » des activités réalisées « tous les jours ou presque » sont principalement numériques : écoute de musique, téléphone (ou SMS), internet et télévision.

Tandis que la lecture est associée à de meilleures performances scolaires (+20 %), le fait de regarder des émissions de téléréalité est associé à de moins bonnes performances (-15 %). A noter que cette chute s’observe quels que soient le niveau scolaire des élèves et le milieu socio-culturel.

Une forme de bêtise poussée à son paroxysme ou réelle débilité profonde ?

Les personnages de télé-réalité ne savent, pour la plupart, pas aligner deux mots de français sans faire de fautes de grammaire ou de syntaxe et encore, lorsqu’ils n’inventent pas de nouveaux mots. Leur niveau culturel est proche de zéro et leur comportement à l’écran laisse à désirer. C’est à se demander s’ils ne le font pas exprès…

Au final, quels impacts sur nos jeunes ?

Le risque pourrait être alors de croire que votre vie est trop banale, qu’il faudrait que vous la changiez et que pour cela il suffirait de le vouloir. Est-ce que cela vous fait rêver, vous, que le modèle féminin soit une « bimbo » avec une forte poitrine qui n’a pas de répartie ? Ou du côté masculin, un « étalon » aux muscles saillants qui ne dit que des grossièretés ?

La télé-réalité nous montre aussi des clichés et, à force de les regarder il est parfois possible qu’on finisse par croire qu’il faut, à tout prix, être et faire comme eux. C’est à chacun de décider ce qu’il a envie d’être et à qui il a envie de ressembler ou non et pas à la télévision de nous imposer un modèle qui serait le même pour tout le monde.

Ces images de corps parfaits affichés fièrement sur les réseaux sociaux peuvent causer, en effet, des troubles chez la jeunesse adepte de la télé-réalité, en créant un sentiment d’infériorité. Une étude de la “Mental Health Foundation”, association britannique qui “aide les gens à s’épanouir en comprenant, protégeant et préservant leur santé mentale”, révèle que de nombreux jeunes sont complexés par leur corps et souffrent même de troubles mentaux. Sur 4 505 adultes britanniques âgés de 18 à 24 ans interrogés dans le cadre de cette enquête, 24% des jeunes déclarent que la télé-réalité leur donne des complexes liés à leur physique. L’étude menée s’intéresse notamment au phénomène “Love Island”, programme de télé-réalité britannique très suivi. The Guardian, qui la relaie, assure que cette émission de télé-réalité est la plus susceptible de faire remonter anxiété et toutes sortes de hontes liées au corps.

L’étude révèle d’autres chiffres inquiétants : 15% de ces jeunes assurent s’être déjà blessés volontairement à cause des souffrances liées à l’image qu’ils se font de leur corps, et 23% auraient même eu des pensées suicidaires.

Ce phénomène peut être relié au fait que de plus en plus de jeunes aient recours à la chirurgie esthétique pour chercher la perfection physique. Début février 2019, Le Parisien avait révélé une étude affirmant qu’en France, les 18-34 ans ont davantage recours à la chirurgie esthétique que les 50-60 ans.

Les émissions de télé-réalité ont manifestement une incidence sur le comportement des téléspectateurs qui les regardent. Et pour celles et ceux qui seraient tentés de croire que cela ne serait pas valable dans nos contrées occidentales, de nombreuses études montrent l’universalité de ce phénomène : pour Brad Gorham de l’université de Syracuse, la télé-réalité a des effets visibles sur les comportements en société. Et Philip Ross, dans un article de l’International Science Times, explique que ces programmes ont un impact préjudiciable sur les perceptions du monde de celles et ceux qui les regardent.

Quelles solutions ?

Reste aux parents de faire attention aux programmes que regardent leurs enfants et adolescents, car, c’est le monde de demain qui dépend de la culture et des divertissements regardés par les nouvelles générations. Voulons-nous vraiment un monde qui ressemble aux « marseillais » ou aux « anges » ?

“La téléréalité est à la vie réelle ce que la poupée gonflable est à l’amour : un simulacre inventé par des marchands à l’usage des esseulés” Philippe Bouvard (journaliste)

Leave a Comment