Posted on: 22 janvier 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Toujours pas d’accès à la culture en présentiel. Le gouvernement n’a toujours pas pris de décisions concernant la réouverture des lieux culturels. De ce fait, des initiatives voient le jour. Après les visites virtuelles de musées et les pièces de théâtre en accès gratuit, je vous propose, ce soir, vendredi 22 janvier 2021, en direct sur les plateformes streaming, un concert de musique classique russe.

 L’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix nous entraîne ce soir dans un voyage de l’Oural à l’Italie, rêvé par deux des plus illustres compositeurs russes. Au programme, vous trouverez la « Symphonie n°2 » d’Alexandre Porfirievitch Borodine mais également le « Capriccio Italien » et la « Valse du lac des Cygnes » de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Ce concert durera une heure et aura lieu en direct du Grand Théâtre de Provence.

Depuis bientôt 10 ans, Jacques Chalmeau dirige l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix (OPPA) dans le cadre d’une mission de service public parfaitement définie : porter la musique partout où c’est possible sur le territoire de la communauté du Pays d’Aix (CPA).Pour rappel, l’an dernier l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix avait joué Shéhérazade de Rimski-Korsakov. Interrogé, ce chef d’orchestre, amoureux de la musique et passionné de musique classique russe explique qu’il était « tentant d’associer Borodine pour continuer l’hommage rendu à Rimski-Korsakov. En effet, celui-ci a aidé, conseillé et encouragé Alexandre Borodine, trop occupé par son activité de médecin et de chercheur pour mener à bien sa carrière de compositeur ». Il explique que « celui qui se définissait lui-même comme un compositeur du dimanche, auteur des célèbres danses Polovtsiennes, propose à Rimski sa deuxième symphonie. L’histoire veut qu’il soit immédiatement très enthousiaste devant ce bijou si séduisant, ce qui ne l’empêchera pas d’y apporter quelques petites touches d’orchestration pour l’améliorer, comme il le faisait presque systématiquement avec les œuvres de ses amis musiciens ». Le Capriccio Italien de Tchaïkovski, œuvre emblématique du célèbre compositeur, complètera donc avec solennité et brio ce programme russe, dernier d’une longue série consacrée à l’âme russe.

Qui était Borodine ?

Alexandre Porfirievitch Borodine est né à Saint-Pétersbourg le 31 octobre 1833 et mort le 15 février 1887 dans cette même ville. Il était compositeur, chimiste et médecin russe. Il est l’auteur de l’opéra « Le Prince Igor » et de ses célèbres Danses polovtsiennes.

Borodine n’est pas un compositeur très prolifique : il laisse environ 21 partitions. Son œuvre maîtresse, l’opéra « Le Prince Igor », reste d’ailleurs inachevée à sa mort, dix-huit ans après les premières esquisses en 1869. Son ami Rimski-Korsakov, aidé de Glazounov, la terminera. C’est dans cet opéra que l’on trouve les célèbres Danses polovtsiennes.

Parmi les œuvres achevées on distingue principalement deux symphonies (1867 et 1869), deux quatuors à cordes (1879 et 1881), et un poème symphonique intitulé « Dans les steppes de l’Asie centrale ». Il a également composé quelques mélodies, quelques pièces pour piano ainsi que quelques pièces de musique de chambre.

Borodine se qualifiait lui-même de « compositeur du dimanche », tant il était accaparé par son travail et ses obligations familiales. Son entourage professionnel regrettait parfois son implication en matière de musique, tandis que Borodine s’est parfois plaint de ne pouvoir composer que durant l’hiver, lorsque sa santé ne lui permettait pas d’exercer en tant que professeur. En guise de plaisanterie, ses amis le saluaient parfois par un « j’espère que tu vas mal », lui signifiant ainsi leurs encouragements musicaux.

Qui était Rimski-Korsakov ?

Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov est né le 6 mars 1844 à Tikhvine et mort le 8 juin 1908 à Lioubensk. Il fut, avec Tchaïkovski, l’un des plus grands compositeurs russes de la seconde moitié du 19 ème siècle. Il fit partie du « Groupe des Cinq » et fut professeur de musique, d’harmonie et d’orchestration au conservatoire de Saint-Pétersbourg. Il est particulièrement connu et apprécié pour son utilisation de thèmes extraits du folklore populaire ou des contes, ainsi que pour ses remarquables talents en orchestration, qui lui valent souvent le titre de « magicien de l’orchestre ». Il eut une influence importante sur la plupart des compositeurs russes, mais aussi étrangers, de la fin du 19 ème siècle au début du 20 ème. Ses œuvres les plus emblématiques sont « Schéhérazade », « Capriccio espagnol », « La Grande Pâque russe », « Le Coq d’or », « La Légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Fevronia » et « Le Vol du bourdon ».

Gerald Abraham, musicologue britannique, dit, à propos de la musique de Rimski-Korsakov : « Il possède un style cristallin, fondé sur l’utilisation des couleurs instrumentales de chaque instrument de base, à travers un cadre clairement défini, une écriture et une orchestration issue de Glinka et Balakirev, Berlioz et Liszt. Il a su passer ces idées à deux générations de compositeurs Russes de Liadov, Glazounov, à Miaskovski, Stravinsky et Prokofiev, qui furent aussi ses élèves, et son influence est évidente, bien que moins prononcée, dans la musique orchestrale de Ravel, Debussy, Dukas et Respighi ». Le succès de sa musique, quand elle est proposée en concert, ne s’est jamais démenti. Si l’ensemble de ses œuvres est incontournable en Russie, ses opéras n’ont que peu percé en Occident, alors que sa musique symphonique est universellement saluée.

Qui était Tchaïkovsky ?

Piotr Ilitch Tchaïkovski ou Tchaïkovsky était un compositeur russe de l’époque romantique né le 25 avril 1840 à Votkinsk et mort le 25 octobre 1893 à Saint-Pétersbourg.

Compositeur éclectique, il est l’auteur notamment de onze opéras, huit symphonies, quatre suites pour orchestre, cinq concertos, trois ballets, cent-six mélodies et une centaine de pièces pour piano. Son œuvre, d’inspiration plus occidentale que celle de ses compatriotes contemporains, intègre des éléments occidentaux ou exotiques, mais ceux-ci sont additionnés à des mélodies folkloriques nationales. Tchaïkovski compose dans tous les genres, mais c’est dans la musique d’orchestre comme les symphonies, les suites, et les concertos qu’il déploie toute sa science et donne la mesure de son sens mélodique inspiré. C’est également lui qui donne ses lettres de noblesse à la musique de ballet, ajoutant une dimension symphonique à un genre auparavant considéré comme musicalement mineur. Il incarne la figure dominante du romantisme russe du 19ème siècle dans toute sa populaire et généreuse vitalité, et sa profonde sincérité.

Pour suivre le concert de ce vendredi 22 janvier à 19h, en direct du Grand Théâtre de Provence en streaming sur Facebook, rien de plus simple. Il vous suffit de cliquer sur l’un des liens ci-dessous, 5 minutes avant le concert :

https://www.facebook.com/lestheatres/

https://fr-fr.facebook.com/grandtheatredeprovence/

« La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée » Platon (philosophe antique)

Leave a Comment