Posted on: 9 février 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Le maire de Perpignan, Louis Aliot, a ouvert quatre musées de la ville ce mardi malgré l’opposition de la préfecture, qui a saisi la justice. L’élu Rassemblement national ne veut plus attendre, alors que la ministre de la Culture Roselyne Bachelot demandait ce matin au monde culturel d’être encore patient.

Le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, a rouvert mardi quatre musées municipaux sans attendre une éventuelle annonce du gouvernement concernant ces lieux fermés depuis fin octobre.

Qui est Louis Aliot ?

Louis Aliot, né le 4 septembre 1969 à Toulouse, est un homme politique français. Depuis 1990, il est membre du Front national (FN), devenu Rassemblement national (RN). Il y a exercé différentes fonctions de premier plan (secrétaire général de 2005 à 2010, vice-président de 2011 à 2018, membre du bureau national depuis 2018). Il est par ailleurs, entre 2009 et 2019, le compagnon de Marine Le Pen, dont il soutient l’ascension au sein du FN au cours des années 2000. Il est également conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1998 à 2010 et du Languedoc-Roussillon de 2010 à 2015. Il est élu député européen en 2014, puis député dans la deuxième circonscription des Pyrénées-Orientales en 2017.

Tête de liste pour la quatrième fois consécutive lors des élections municipales de 2020 à Perpignan, il l’emporte au second tour avec 53 % des suffrages face au maire sortant, Jean-Marc Pujol. Il devient ainsi le seul maire RN d’une ville de plus de 100 000 habitants, et le second de son parti à accéder à ce rang après Jean-Marie Le Chevallier à Toulon en 1995.

Pourquoi prendre une telle décision ?

« La culture est essentielle à la vie des Perpignanais comme de tous les Français, il est grand temps de rouvrir les lieux culturels, certains le disent, nous le faisons. On expérimente la réouverture des lieux culturels sur nos musées », a déclaré Louis Aliot à l’Agence France-Presse. « Évidemment dans le respect des règles sanitaires nécessaires et gratuitement pendant le 1er mois », a-t-il précisé. Une décision prise malgré la préfecture, qui a saisi la justice et le gouvernement, qui maintient fermés tous les musées du pays. 

« Il y a un virus, on l’a pour longtemps, il faut vivre avec. Des variants il y en aura, des virus il y en aura. Il y a des traitements, il y a la vaccination, il y a toutes les précautions qu’on prend, habituons-nous. Et cela commence par expérimenter des choses », a indiqué le maire RN. Il s’est exprimé devant la presse lors de l’ouverture du musée Hyacinthe-Rigaud. « Je pense que le musée est un très bel endroit pour le faire car c’est un endroit où on peut contrôler les choses le mieux possible. On est en vacances. Il y a une jeunesse qui aujourd’hui est empêchée d’aller faire du sport, d’aller aux stations de ski. Ouvrons-lui un peu les musées et les lieux de culture », a-t-il ajouté. 

Quatre musées de la ville ont donc ouvert leurs portes jusqu’à ce que le tribunal administratif se prononce. Il s’agit du musée Casa Pairal (histoire et ethnographie locale), du musée d’art Hyacinthe Rigaud, du muséum d’histoire naturelle et du musée des monnaies Joseph Puig.

D’ailleurs, ce mardi matin, dès 11h, des visiteurs attendaient déjà depuis une trentaine de minutes devant le musée Hyacinthe Rigaud et saluaient un « geste courageux » de la part de Louis Aliot.

Des justifications plutôt sensées

« Mme Bachelot a ouvert une porte dans laquelle je me faufile », a expliqué hier après-midi Louis Aliot lors d’un point presse. En effet, « en prenant strictement la jauge de ce qui est permis ailleurs », 10 m² par visiteur, avec un sens de circulation ou encore du gel hydroalcoolique, le maire de la commune estime respecter les règles sanitaires. Il a pris pour cela quatre arrêtés municipaux, qui veulent aussi symboliquement « donner un coup de pouce à la culture en général”, à la manière “d’un signe d’espoir”.

« Mme Bachelot dit vouloir accélérer le mouvement, mais elle ne donne pas de date. Il y en a qui parlent et il y en a qui font ! », disait-on plus tôt du côté de la mairie, aux journalistes de L’Indépendant.

Des réactions qui ne se sont pas faites attendre

Le préfet des Pyrénées-Orientales a saisi lundi soir le tribunal administratif de Montpellier d’une demande de suspension des arrêtés de réouverture du maire de Perpignan. « Je n’ai pas de nouvelles du tribunal administratif », a poursuivi Louis Aliot. « J’attends que le greffe du tribunal me signifie le référé. Cela devrait arriver aujourd’hui (mardi) pour une audience fixée normalement demain (mercredi). J’ouvre le musée », a-t-il lancé.

Pour rappel, la saisie du tribunal administratif n’est pas suspensive. En attendant la réponse, les musées perpignanais peuvent donc ouvrir.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a eu lundi une réunion de travail avec les professionnels du secteur. Les musées et monuments publics et privés se sont montrés disposés à faire des efforts, notamment en durcissant les jauges, pour pouvoir rouvrir dès que possible, a-t-elle dévoilé. Il s’agit de bâtir « un modèle qui soit absolument sûr sur le plan sanitaire et qui permette à nos établissements de fonctionner », a-t-elle affirmé en marge d’une visite à la manufacture de porcelaine de Sèvres.

Dès qu’il y aura « stabilisation (de) la décrue de cette pandémie, qui est encore à un niveau très, très élevé, le top départ d’ouverture pourra être donné », a-t-elle promis. La fronde des musées s’est amplifiée ces derniers jours. Ces établissements font valoir qu’ils ont des espaces surveillés par des gardiens où les visiteurs se déplacent sans former d’attroupements susceptibles de devenir des clusters. 

Et maintenant ?

Il y a peu de chances, même s’il espère le contraire, que les arrêtés du maire de Perpignan, Louis Aliot, franchissent la barrière du contrôle de légalité exercé par le préfet des Pyrénées-Orientales, qui devrait demander leur retrait et à défaut saisir le tribunal administratif. Mais l’élu Rassemblement national tente un pari, celui de la réouverture de ses musées dès mardi, malgré l’interdiction.

Le maire de Perpignan n’en est pas à son coup d’essai depuis le début de la crise sanitaire puisqu’il avait déjà pris un arrêté en octobre pour rouvrir les commerces non-alimentaires. À cette époque, la préfecture avait fait en sorte de suspendre l’arrêté, qui devait prendre effet quelques jours plus tard.

« Les musées sont le premier pas, le reste suivra »

Le maire dit répondre aux « demandes récurrentes des habitants qui ne comprennent pas pourquoi les lieux culturels restent fermés ». « Comment peut-on fréquenter avec autant de personnes des lieux commerciaux, et pas des lieux culturels comme le musée Rigaud ? » s’interroge Louis Aliot, en promettant un respect strict des mesures sanitaires lors de l’ouverture, notamment une jauge fixée à 110 personnes dans le musée Hyacinthe Rigaud, au lieu de 400 en temps normal.

« Nous voulons ensuite dérouler notre politique culturelle. Les musées sont le premier pas, le reste suivra ». Le maire évoque ici d’autres lieux culturels accueillant du public à Perpignan, comme, par exemple, la Casa musicale.

« Il n’y a que deux attitudes : se résigner ou se révolter. Toutes deux exigent la même liberté et la même lucidité. Malheureusement, nos révoltés sont encore et toujours beaucoup trop résignés, et nos résignés beaucoup trop révoltés » Julien Torma (poète et écrivain français)

Leave a Comment