Posted on: 9 mars 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

L’écrivain gallois Ken Follett a fait le don de 148 000 euros à la ville de Dol-de-Bretagne pour restaurer sa cathédrale. L’argent permettra de gagner du temps sur les travaux, une aubaine alors que l’édifice est menacé.

C’est un don providentiel pour la cathédrale Saint-Samson, en Ille-et-Vilaine : 148 000 euros, presque tombés du ciel. Les fidèles et les touristes y voient un miracle. « C’est un don très généreux, pour permettre à ce patrimoine que nous avons en France de rester debout », commente une passante. Le don vient de l’écrivain gallois Ken Follett, passionné par les bâtisseurs de cathédrales. Celui-ci représente l’intégralité des recettes de son livre Notre-Dame, écrit après l’incendie de la cathédrale parisienne et vendu à 113 000 exemplaires. « J’ai choisi Dol-de-Bretagne parce que c’est une cathédrale, c’est spécial, et franchement la Bretagne n’est pas très loin de chez moi », explique l’écrivain. 

Qui est Ken Follett ?

Kenneth Martin Follett dit Ken Follett, Commandeur honoraire de l’ordre de l’Empire britannique, né le 5 juin 1949 à Cardiff, est un écrivain gallois spécialisé dans les romans d’espionnage et les romans historiques.

Après avoir obtenu une licence de philosophie à l’University College de Londres, Ken Follett a travaillé en tant que journaliste à Cardiff puis à Londres où il commence à écrire. En 1978, son roman L’Arme à l’œil devient un succès de librairie pour lequel il recevra l’année suivante le prix Edgar-Allan-Poe du meilleur roman.

Musicien amateur, il a appris la guitare en autodidacte à l’âge de 14 ans. Il chante et joue de la guitare basse avec le groupe Damn Right I Got the Blues qu’il a fondé il y a une vingtaine d’années et joue occasionnellement une basse de balalaïka avec le groupe de musique folk Clog Iron. Il confie se détendre avec la musique dont l’exercice est spontané au contraire de l’écriture. Son groupe de blues rock, dont a fait partie son fils Emanuele, joue pour les galas de bienfaisance du parti travailliste, dont sa femme Barbara Follett a été membre. Il a également enregistré un titre de Muddy Waters, intitulé Hoochie Coochie Man.

Plusieurs des romans historiques de Ken Follett s’appuient sur des recherches et l’utilisation de la trame d’un événement ou d’une période importante de l’histoire, bien que l’intrigue prenne quelques libertés avec cette dernière. Les inspirations sont nombreuses : le Moyen-Âge dans Les Piliers de la Terre et Un monde sans fin, les guerres de religion en Europe au 16ème siècle dans Une colonne de feu, le 19ème siècle est mis en lumière dans La Marque de Windfield, ou encore la révolution iranienne dans Comme un vol d’aigles. La Chute des géants a lancé une série intitulée Le Siècle, qui fait passer le lecteur de la Première Guerre mondiale dans le tome 1 à la Seconde Guerre mondiale dans le tome 2 baptisé L’Hiver du monde pour, finalement, le plonger dans l’univers de la guerre froide dans le dernier roman de la trilogie intitulé Aux portes de l’éternité.

Une année de travaux en moins pour la cathédrale

Fleuron de l’architecture gothique de Bretagne, l’édifice du 13 ème siècle, classé au titre des monuments historiques depuis 1840 et construit sur une ancienne église romane, abrite les plus anciens vitraux de Bretagne. Menacé, il est déjà en travaux : la charpente et la couverture de la cathédrale ne sont plus étanches et les balustrades en granit sont abîmées. De plus, certains parements doivent être remplacés ou consolidés. Enfin, quatre verrières du 13 ème siècle ne sont plus protégées.

La mairie, aidée par la Région et l’État, finance les travaux à hauteur de 50 %. Le don permettra de gagner du temps. « (…) On était partis pour le faire en six ans, et grâce au geste de Ken Follett (…) ça va permettre de gagner une année », explique Denis Rapinel, maire (SE) de Dol-de-Bretagne.

Ken Follett dévoile pourquoi il a choisi la cathédrale Saint-Samson, à Dol-de-Bretagne : « Elle est spéciale. Elle présente un style très cohérent car elle a été construite assez rapidement. Il a fallu seulement vingt-cinq années pour élever la nef, de 1250 à 1275, avant de bâtir le chœur dans les dernières décennies du 13 ème siècle. Or, beaucoup de cathédrales se construisaient par morceaux. On commençait, on arrêtait vingt ans, cinquante ans, faute d’argent… ».

Un don provenant de son livre sur l’incendie de Notre-Dame

Cette somme correspond à la totalité des droits d’auteur qu’il a perçu pour son dernier livre, Notre-Dame, écrit après l’incendie de la cathédrale à Paris en avril 2019. Ce court récit, écrit après le sinistre, s’est vendu à plus de 113 000 exemplaires. Donner cet argent pour le patrimoine était une évidence pour l’écrivain : « Je n’ai pas voulu profiter de l’incendie. Et puis ces bâtiments anciens m’ont donné énormément de plaisir pendant des années. Ils m’ont inspiré pour écrire Les Piliers de la terre, le roman le plus lu de mon œuvre ».

« J’ai écrit ce petit livre pour expliquer pourquoi le monde a tellement été ému par cet incendie. Mais je n’ai pas voulu profiter de ce drame et gagner de l’argent là-dessus », explique-t-il dans un entretien à Ouest-France.

Entre Notre-Dame de Paris et la cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne, il existe quelques points communs : elle a été ravagée par un incendie au 13 ème siècle et un important chantier de restauration est en cours jusqu’en 2024. De quoi convaincre Ken Follett. Mais l’écrivain n’oublie pas d’être pragmatique : « Franchement, je l’ai choisie parce qu’elle n’est pas très loin de chez moi en Angleterre », glisse-t-il avec un sourire dans la voix. « Je veux visiter la cathédrale, je veux voir comment ils dépensent cet argent pour la restaurer. Donc, ça me convient de ne pas être trop loin… ».

Un don qui tombe à pic

Le maire de Dol-de-Bretagne, Denis Rapinel, est ravi. En effet, 148 000 euros, ce n’est pas rien, encore mois quand ils proviennent de Ken Follett. « C’était un petit peu Noël au mois de mars avec quelque chose qui nous tombait du ciel. La cathédrale est à la fois un bâtiment emblématique qui contribue à la renommée de Dol mais c’est aussi une charge importante pour une petite ville de 6 000 habitants. La générosité de Ken Follett va permettre d’accélérer le rythme des travaux. On avait une capacité de pouvoir autofinancer entre 150 000 et 200 000 euros par an, ce qui veut dire que ça va permettre d’anticiper la réalisation des travaux d’environ une année ».

Denis Rapinel va d’ailleurs inviter officiellement Ken Follett qui a d’ores et déjà confirmé sa venue : « Je vais prendre ma voiture, traverser la Manche et aller en Bretagne pour la voir ».

Et, qui sait, peut-être que cette dernière sera une source d’inspiration d’un prochain roman !

« Chaque fois que je découvre l’architecture d’une cathédrale, je demeure saisie d’admiration pour ses bâtisseurs. Quelque chose, qui est indépendant du fait religieux, me fascine, me baigne, me parle » Chantal Dupuy-Dunier (poétesse française)

Leave a Comment