Posted on: 18 mars 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Après Patrick Poivey mi-juin dernier et Roger Carel le 18 septembre, c’est une autre voix célèbre du cinéma qui s’est éteinte. L’acteur et doubleur Jacques Frantz est décédé hier d’une « maladie fulgurante », a confié à l’AFP sa fille, l’actrice Marjorie Frantz.

Vous ne connaissiez peut-être pas son visage mais vous n’avez pas pu passer à côté de sa voix grave et chaude.

Qui était Jacques Frantz ?

Jacques Frantz était un acteur français, né le 4 avril 1947 à Dijon, en Côte-d’Or. Bien qu’ayant participé à de très nombreuses pièces de théâtre, films et séries télévisées, il est surtout célèbre pour son activité de doublage : il est notamment la voix française régulière de Robert De Niro, Mel Gibson, John Goodman, Nick Nolte, Stellan Skarsgård ou encore Kevin McNally.

Après des études au Conservatoire national supérieur d’art dramatique (promotion 1970), Jacques Frantz entame une carrière théâtrale sous la direction de Robert Hossein.

Une voix incontournable

Moins connu du grand public par son physique, Jacques Frantz s’était surtout illustré par sa voix, qu’il avait régulièrement prêtée à Robert de Niro dans pas moins de 67 films, tels que Les Incorruptibles en 1987, Les Affranchis en 1990, Casino en 1995 ou, plus récemment, Joker et The Irishman en 2019.

Il était aussi le doubleur de Mel Gibson dans une trentaine de films, parmi lesquels Maverick en 1994 ou encore l’incontournable Braveheart en 1995. Il a aussi doublé des acteurs comme Jeff Bridges, Nick Nolte, John Goodman ou Stellan Skarsgård. En tout, ce sont des centaines de films qui font résonner sa voix.

Les enfants ne sont pas en reste puisqu’ils ont également pu reconnaître son timbre rauque dans plusieurs films d’animation : la souris Gus dans Cendrillon en 1950, le roi des voleurs Cassim dans Aladdin et le Roi des voleurs en 1996, Pacha dans Kuzco, l’empereur mégalo en 2000, le gentil gros monstre bleu Sullivan dans Monstres et Cie en 2001, Obélix dans Astérix chez les Vikings en 2006, le roi des Minimoys dans la trilogie Arthur et les Minimoys ou encore le roi Fergus dans Rebelle en 2012.

Il a également effectué de nombreuses voix off dans plusieurs documentaires et publicités, radio et télévision. Par ailleurs, il est la principale voix antenne de radios régionales comme Alouette et 100% Radio, sans oublier Fun Radio en 2003 et Nostalgie d’octobre 2013 à mars 2016.

Un acteur et comédien de talent

En tant qu’acteur et comédien, Jacques Frantz s’était illustré dans un grand nombre de pièces de théâtre, séries télévisées et films. Diplômé du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, il débute au théâtre à la fin des années 1960.

Fort d’une trentaine de pièces, il peut compter dans son répertoire William Shakespeare, Fiodor Dostoïevski, Racine ou encore Laurent Gaudé. Il avait même été nominé au Molière du comédien en 2008 pour son rôle dans Les Riches reprennent confiance de Louis-Charles Sirjacq.

Côté films, vous avez pu l’apercevoir, entre autre, dans Les Ripoux de Claude Zidi en 1984, Dom Juan de Jacques Weber en 1998, Fanfan la Tulipe de Gérard Krawczyk en 2003 ou encore La Première étoile de Lucien Jean-Baptiste en 2008, L’Arnacœur de Pascal Chaumeil en 2010 et Les Reines du ring de Jean-Marc Rudnicki en 2013.

Une disparition qui fait réagir

« C’était un géant du doublage, mais avant tout un super comédien », a confié Rémi Caremel, spécialiste du doublage de films.

« Le bel humain et bel artiste qu’il était… Tu vas me manquer, mon Jacques », a écrit sur Instagram l’acteur Jean Dujardin.

De même, le critique littéraire et chroniqueur télé, Éric Naulleau a rendu hommage sur Twitter à « un acteur et comédien de grand talent », ajoutant « c’était toujours un plaisir de retrouver sa vaste carcasse et sa belle voix sur une scène de théâtre ».

L’historien Eric Anceau, s’est également exprimé pour faire part de son ressenti. « Très peiné d’apprendre le décès de Jacques Frantz, merveilleux acteur de théâtre et l’un des grands seconds rôles du cinéma. Une présence ! C’est décidément une bien triste semaine pour le cinéma français ! », a-t-il twitté.

Christophe Alévêque, humoriste et chroniqueur français s’est, lui aussi exprimé. « Jacques Frantz, immense comédien, vient de nous quitter. De Niro reste sans voix. Nous aussi. Tellement heureux et fier de t’avoir eu comme ami mon Jacques. Un homme merveilleux, un rare, un fidèle. Que ta nouvelle demeure soit à ta taille et à ton goût ».

Même le géant Disney a rappelé sa collaboration avec l’acteur et doubleur. « Il était Sulli dans la saga Monstres et Cie, Pacha dans Kuzco l’empereur mégalo, John Silver dans La Planète au Trésor. La voix chaude de Jacques Frantz ne résonnera plus mais son talent vivra toujours à travers les personnages à qui il a prêté sa voix ».

« J’entends ta voix dans tous les bruits du monde » Paul Eluard (poète)

Leave a Comment