Posted on: 23 mars 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Le Sud-Est de l’Australie est en proie à des pluies diluviennes qui ont entraîné des inondations record. Des milliers de personnes ont été évacuées et des centaines d’écoles fermées, tandis que l’eau continue de monter. Aucun décès ni blessé grave n’est pour autant à déplorer. En Nouvelle-Galles du Sud, les scènes de routes submergées se répètent inlassablement.

De nombreuses zones du littoral de la Nouvelle-Galles du Sud, l’État le plus peuplé du pays, sont sous les eaux, y compris des quartiers de Sydney qui n’avaient plus connu une telle montée des eaux depuis des décennies.

Connaissez-vous bien l’Australie ?

L’Australie est un pays de l’hémisphère sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l’Océanie. En plus de l’île éponyme, l’Australie comprend également la Tasmanie ainsi que d’autres îles des océans Austral, Pacifique et Indien. Elle revendique aussi 6 000 000 km2 en Antarctique.

Peuplée depuis plus de 50 000 ans par les Aborigènes, l’île-continent d’Australie est visitée de manière sporadique, notamment par des pêcheurs venus du nord, puis par des marins néerlandais. Dès le 17ème siècle, explorateurs et marchands européens reconnaîtront les côtes, mais ce n’est qu’en 1770 que la moitié orientale de l’île sera officiellement revendiquée par la Grande-Bretagne. Le 26 janvier 1788 (jour de la fête nationale australienne), est fondée la colonie pénitentiaire de Nouvelle-Galles du Sud. Cinq autres colonies largement autonomes sont ensuite fondées dans le courant du 19ème siècle, à mesure que la population augmente et que de nouveaux territoires sont explorés. C’est le 1er janvier 1901, que les six colonies se fédèrent et forment alors le Commonwealth d’Australie.

Depuis son indépendance, l’Australie conserve un système politique stable de type démocratie libérale et reste une monarchie parlementaire membre du Commonwealth des Nations. La langue nationale est l’anglais et la monnaie, le dollar australien. Sa capitale est Canberra.

Sa population, estimée à 25,6 millions d’habitants en mars 2020, est principalement concentrée dans les grandes villes côtières de Sydney, Melbourne, Brisbane, Perth et Adélaïde. De surcroît, avec un PIB nominal de 1 379 milliards de dollars américains, l’État se place comme treizième puissance économique mondiale en 2017. Depuis l’an 2000, l’Australie est classée par le PNUD deuxième pays le plus développé au monde après la Norvège. Le pays est également le septième émetteur de gaz à effet de serre par habitant en 2015.

La Faune de l’Australie fait partie des plus diversifiées au monde avec l’émeu comme oiseau national et le kangourou considéré comme animal national. Le pays compte aussi plus de 500 parcs nationaux, ce qui est un record mondial.

Des pluies torrentielles et des conséquences catastrophiques

Ces conditions météorologiques dévastatrices sont principalement dues au phénomène La Nina dans l’océan Pacifique.

Depuis jeudi dernier, les vents chargés d’humidité arrivent du Pacifique sur la côte orientale de l’Australie, en particulier sur la partie sud-est, touchant la Nouvelle-Galles du Sud.

La Nina influence le régime des vents à travers tout l’océan Pacifique, de même lorsque survient El Nino, une anomalie chaude des eaux de surface de l’océan Pacifique. Dans le cas de La Nina, le régime des alizés est renforcé dans cette partie ouest du Pacifique, de telle sorte que l’humidité de l’océan, poussée par les vents d’est, vient se déverser sur la façade orientale de l’Australie.

Certaines localités de la côte ont reçu l’équivalent de trois mois de pluie en quelques heures, et les secouristes ont parfois dû utiliser les bateaux des sauveteurs en mer pour atteindre les sinistrés.

Les exportations australiennes de charbon ont été perturbées, les pluies torrentielles ayant entraîné la fermeture des lignes ferroviaires menant au port de Newcastle, le plus grand port d’exportation de charbon au monde, et forcé certaines mines à réduire leur production.

« Les dégâts sont incroyables », se désespère Marten Clark, propriétaire d’un café à Port Macquarie dont tout l’équipement électroménager a été noyé sous plus d’un mètre d’eau.

 « Une fois par siècle »

La Mid North Coast, au nord de Sydney, a été la région la plus touchée. Gladys Berejiklian, Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud a affirmé que cette zone était frappée par une catastrophe qui arrive « une fois par siècle ».

Autour de Sydney, dans la vallée d’Hawkesbury-Nepean, les fleuves devraient atteindre des niveaux qui n’ont plus été vus depuis 1961. En amont, le barrage Warragamba, qui fournit l’essentiel de l’eau potable de Sydney, a commencé à déborder depuis samedi après-midi.

Dans certaines zones, des habitants ont été autorisés à revenir chez eux à la faveur d’un début de décrue. Le Bureau météorologique a annoncé que les conditions demeureraient compliquées, mais que la situation devrait s’améliorer dans la semaine.

L’Australie exposée aux phénomènes météorologiques

Fin 2019, cette région avait été déjà été confrontée à des feux de forêt sans précédent et à des restrictions d’eau, en raison d’une longue période de sécheresse. Lors de ces incendies, les kangourous, marsupiaux et autres koalas ont souffert des incendies en Australie mais ils ne sont pas les seuls. Selon une étude, qui prend en compte l’ensemble des zones brûlées, 143 millions de mammifères et 180 millions d’oiseaux ont été affectés par la crise en 2019 et 2020.

 « Je ne sais pas quand, dans l’histoire, nous avons été confrontés à un tel enchaînement de phénomènes météorologiques extrêmes au beau milieu d’une pandémie », a déclaré Gladys Berejiklian.

Les chercheurs ont averti que l’Australie devrait être particulièrement exposée aux phénomènes météorologiques extrêmes en raison du réchauffement climatique.

Pour preuve, la moitié des coraux de la Grande Barrière australienne a disparu en 25 ans. Située dans l’océan Pacifique, elle est le plus grand système corallien et la plus grande structure vivante de la planète.

Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, elle est l’une des sept merveilles naturelles du monde. Elle s’étend sur 344 400 km², une superficie immense qui la rend visible depuis l’espace. Mais la pollution a tué en masse les étoiles de mer « couronne du Christ » et le réchauffement climatique a provoqué des épisodes de blanchissement de coraux à grande échelle.

La menace est immense pour l’environnement marin mais aussi pour la sécurité alimentaire des millions de personnes vivant de la pêche dans ces régions abritant un tiers des espèces animales et végétales marines.

Alors que des pluies torrentielles s’abattent actuellement sur la côte est et ont provoqué les pires inondations depuis 60 ans, la Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a fait savoir que 38 régions avaient été déclarées en état de catastrophe naturelle et qu’une partie des habitants de Sydney ont quitté la ville.

 « Cette situation est toujours en cours, elle évolue et est extrêmement dangereuse », a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison devant le Parlement. Suncorp et IAG, deux des plus grands assureurs de pays, ont déclaré que la plupart des plus de 3.300 demandes d’indemnisation déjà reçues concernaient des dommages matériels, et que d’autres étaient attendues. Ils ont ajouté qu’il était trop tôt pour estimer le nombre total de demandes ou le coût total de ces indemnisations.

Les images de Reuters montrent des scènes apocalyptiques avec des routes submergées, du bétail pris au piège et des voitures avec de l’eau jusqu’au pare-brise, après trois jours de fortes pluies qui ont fait monter le niveau des rivières. Ces pluies torrentielles devraient se poursuivre pendant encore un jour ou deux.

Aucun décès ni blessé grave

Ce lundi, huit millions d’habitants ont été invités à éviter les déplacements non nécessaires et à travailler de chez eux quand ils le peuvent. Certaines zones ont reçu jusqu’à 250 mm de précipitations en 24 heures.

« L’eau continue de monter », a déclaré Jo Dunstan, fleuriste à Windsor, une banlieue de Sydney. « C’est effrayant », ajoute-t-il.

La Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud Gladys Berejiklian a indiqué que 18 000 personnes avaient reçu pour consigne d’évacuer, et que 38 régions avaient été déclarées en état de catastrophe naturelle.

Les services d’urgence ont reçu au moins 8 800 appels à l’aide depuis le début de la crise et porté assistance à des centaines de personnes. Il n’est toutefois fait état d’aucun décès et d’aucune personne grièvement blessée.

Cette situation se poursuit ce mardi avec des pluies orageuses sur les mêmes régions, augmentant ainsi les cumuls pluviométriques. L’amélioration est attendue à partir de mercredi, où les pluies cesseront dans une ambiance assez lourde et humide.

« Quand ma mère a su que je voulais partir vivre en Australie, elle a fait un bond » Marc Escayrol(auteur et humoriste français)

Leave a Comment