Posted on: 14 avril 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

RAMADAN. Qu’est-ce c’est ? Comment est déterminée la date de démarrage du mois de jeûne ? Qu’est-ce que la « nuit du doute » ? Que fêtent les musulmans lors de l’Aïd el-Fitr ? Voici les informations clés sur le mois du ramadan.

Ramadan, est le neuvième mois du calendrier hégirien. Seul mois dont le nom figure dans le Coran, ramadan est pour les musulmans le « mois saint par excellence » car il constitue le mois du jeûne (ou saoum) et contient Laylat al-Qadr (la nuit du Destin). En français comme en anglais, on emploie indifféremment le mot « ramadan » pour désigner le mois saint pour les musulmans et, par métonymie, le jeûne ou saoum.

Le jeûne du mois de Ramadan constitue l’un des cinq piliers de l’islam. Au cours de ce mois, les musulmans ayant l’âge requis selon les courants de l’islam ne doivent pas manger, boire, fumer, ni entretenir de rapports sexuels de l’aube au coucher du Soleil.

Ramadan est considéré comme le « mois de la charité » car, lorsqu’il s’achève, le fidèle doit s’acquitter d’une aumône, la zakât al-fitr. Il est aussi le mois au cours duquel de nombreux autres événements importants de l’histoire de l’islam sont commémorés.

L’origine du ramadan

Le ramadan marque le début de la révélation du Coran au prophète Mahomet et se pratique durant le mois saint, c’est-à-dire au neuvième mois du calendrier lunaire musulman. De l’arabe ramida, le mot ramadan signifie chaleur intense, car le ramadan est considéré comme une bonne action brûlant les péchés. Si les musulmans doivent jeûner, c’est parce que dans le Coran, Allah a déclaré le jeûne obligatoire.

Les dates du ramadan varient d’une année à l’autre, et se calculent en fonction de la position de la lune et de l’endroit où l’on se trouve sur Terre. Elles sont fixées par les autorités musulmanes de chaque pays.

Le ramadan, le nom d’un mois sacré

Le ramadan n’est pas le nom d’une fête religieuse, son nom est issu d’une racine sémitique, signifiant « chaleur de l’été ». D’une durée de 29 ou 30 jours, il est un mois sacré de l’islam. Il fait en effet partie des cinq « piliers » de cette religion, c’est à dire ses règles fondamentales, avec la profession de foi, les cinq prières quotidiennes, l’aumône aux pauvres et le pèlerinage à La Mecque.

Le mois du ramadan est aussi considéré comme celui de la charité car lors de son dernier jour, les musulmans pratiquants doivent faire la charité (zakât al-fitr).

Enfin, ce mois concentre un nombre important de commémorations autour d’événements de l’histoire de l’islam, telle la Nuit du destin (Laylat al-Qadr) durant laquelle Mahomet aurait reçu le Coran ou encore la bataille de Badr qui a permis au prophète de l’islam de s’imposer à La Mecque. Au début de l’islam, cependant, les musulmans jeûnaient en même temps que les juifs, le jour du Yom Kippour. Mais Mahomet, afin de mieux distinguer sa religion naissante, a décidé de choisir une autre période de l’année et de durcir les règles.

Dans les faits

Le ramadan est l’un des cinq piliers de l’Islam. Il s’agit d’une période de recueillement au cours de laquelle les musulmans n’ont pas le droit de manger, de boire, de fumer, ou encore d’avoir des relations sexuelles, et ce, de l’aube au coucher du soleil. Seules les personnes malades, les femmes en période de menstruations, les femmes enceintes (ou qui allaitent), les personnes âgées et les enfants pré pubères sont dispensés de respecter le jeûne.

Ainsi, les musulmans ont le devoir de prier, de réfléchir sur la place de la foi dans leur vie et sur la façon de développer leurs qualités humaines, telles que la patience, la douceur, la compassion et l’humilité. Enfin, ils pratiquent l’aumône, qui consiste à verser une taxe obligatoire à la mosquée où à un individu dans le besoin, juste avant la fin du Ramadan.

À la tombée de la nuit, les fidèles se rassemblent en famille et entre amis pour consommer un repas de fête. Le premier jour du mois suivant, on célèbre l’Aïd al-Fitr, la fête de la rupture du jeûne.

Le ramadan, en pleine crise sanitaire

Le ramadan a commencé mardi 13 avril pour les musulmans de France. Une date annoncée le 1er avril dernier par la principale instance représentative du culte musulman en France, le CFCM, et confirmée dimanche soir lors de la « Nuit du doute » par les organisations réunies à la Grande Mosquée de Paris (FFAIACA, GMP, MF et RMF).

Pour fixer le début du mois de ramadan, le CFCM s’appuie sur des calculs astronomiques qui déterminent le moment où la lune est visible dans le ciel, mais aussi sur des données scientifiques. Selon ces calculs, le jeûne doit durer jusqu’au jeudi 13 mai, comme l’a indiqué le CFCM dans un communiqué publié sur son site. Cette date peut toutefois changer, puisque c’est lors de la nuit d’observation lunaire « de l’annonce / du doute » qu’est confirmée la fin du mois du ramadan.

La restriction prend fin à chaque « iftar », moment quotidien de rupture du jeûne. Le ramadan survient pour la seconde fois en plein confinement. Cette année, comme l’année dernière, les autorités religieuses déconseillent donc aux fidèles de se réunir hors de leur foyer pour rompre le jeûne. Couvre-feu à 19 heures oblige, les prières nocturnes traditionnellement organisées ne peuvent avoir lieu sous cette forme physiquement collective. Toujours concernant la pandémie, la Grande Mosquée de Paris a indiqué que se faire vacciner contre le Covid-19 « n’invalide pas le jeûne ».

Le CFCM, principal interlocuteur de l’islam auprès des pouvoirs publics, en pleine crise interne

Le ramadan 2021 débute sur fond de crise interne au CFCM, dont quatre fédérations sur huit ont déclaré « quitter définitivement » le bureau exécutif au mois de mars : la Grande Mosquée de Paris (GMP), le Rassemblement des musulmans de France (RMF), de Musulmans de France (MF) et la Fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA), organisant ensuite la « Nuit du doute » sans convier le CFCM.

La date de début du ramadan 2021 a toutefois fait consensus d’une part et d’autre (du côté du CFCM et de celui des quatre organisations ex-membres du CFCM). Les fédérations dissidentes ont notamment marqué leur désapprobation face à la non-signature de la « Charte des principes pour l’islam de France » par l’ensemble des fédérations du CFCM. Ce texte a été initié par Emmanuel Macron pour lutter contre les séparatismes et réaffirmer la compatibilité de l’islam avec la République. Il engage notamment ses signataires à renoncer à l’islam politique, ou encore à ne pas criminaliser l’apostasie. Toutefois, aux divergences idéologiques actuelles ou récentes entre fédérations s’ajoutent des contentieux personnels bien plus anciens entre représentants du culte musulman, glisse-t-on Place Beauvau, selon le brief politique de France info.

Quelle est la date de début et la date de fin du ramadan 2021 en France ?

Le ramadan 2021 (1442) a débuté hier, mardi 13 avril et devrait s’achever le jeudi 13 mai 2021. Ces dates ont été déterminées dès le début du mois d’avril par le Conseil français du Culte musulman (CFCM) selon le calcul astronomique. Mais une coordination dissidente au CFCM, composée de la Grande Mosquée de Paris (GMP), du Rassemblement des musulmans de France (RMF), de Musulmans de France (MF) et de la Fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA), a tenu à organiser une « Nuit du doute », dimanche 11 avril au soir, selon la tradition, pour confirmer que le mois de ramadan débuterait bien le 13 avril.

A quoi correspond la date du ramadan ?

Il commence précisément lorsque le premier croissant de la nouvelle lune est visible dans le ciel. Selon le Coran, le premier jour du ramadan, le musulman qui s’y tient doit effectuer une grande ablution – c’est à dire procéder à une purification avec de l’eau pure – et formuler son intention de faire le jeûne tous les jours du mois sacré. Autrement dit, s’abstenir de manger, boire, avoir des relations sexuelles ou fumer, de l’aube jusqu’au coucher du soleil.

En quoi consiste la « Nuit du doute » organisée à la mosquée de Paris ?

Chaque année, deux méthodes s’opposent pour déterminer les dates de début et de fin du ramadan : celle des calculs astronomiques, qui permettent d’anticiper la fixation du mois du jeûne et celle, plus traditionnelle, de la « Nuit du doute », qui consiste à observer la Lune à la Grande mosquée de Paris. Selon que le croissant de lune (hilal) est visible ou non dans le ciel lors de cette Nuit du doute, la date de début du jeûne est fixée soit le lendemain, soit le surlendemain. Mais cette décision dépend aussi « des décisions prises par les pays musulmans qui continuent à se baser sur l’observation », a confirmé par le passé le CFCM auprès du site spécialisé Saphir News.​

Quel est le Calendrier et quels sont les horaires du ramadan 2021 ?

Compte tenu de l’infime décalage qui se produit chaque jour pour les heures de coucher du soleil et d’apparition de l’aube, le ramadan doit suivre un calendrier très précis. Plusieurs sites spécialisés viennent ainsi en aide aux pratiquants de l’islam, en proposant des calendriers pour le ramadan, avec les horaires de tombée de la nuit et du lever du jour, mais aussi les heures des fameuses cinq prières quotidiennes : dans l’ordre, en partant de l’aube, celles de subh, zhur, asr, maghrib et isha. Ainsi, des sites spécialisés comme Al Kanz proposent chaque année, à destination des croyants s’astreignant au ramadan, un calendrier des horaires de prières estimé à Paris comme dans plusieurs villes de France, jour par jour.

Plusieurs calendriers de prières – et de fin de jeûne à chaque fin de journée – sont disponibles. Les horaires établis par la Grande mosquée de Paris sont en général la référence en la matière. Valables pour la capitale, ils doivent être adaptés en fonction de la région où se trouve le lecteur. A Strasbourg, les horaires sont avancés d’une vingtaine de minutes. A Brest, il faut rajouter la même durée pour obtenir les bonnes heures de prière. Les horaires de prières par localisation se basent ainsi sur les mois lunaires et le calendrier islamique.

Chaque jour du ramadan, les musulmans croyants peuvent rompre le jeûne à partir d’un instant précis, qui correspond à la tombée du jour. Un repas est alors pris, souvent en famille, parfois à la mosquée, il s’agit de l’iftar. Durant le mois du ramadan, l’horaire à partir duquel l’iftar est autorisé évolue, puisque la durée du jour change également. De jour en jour, il retarde de plusieurs secondes jusqu’au 21 juin, puis régresse après cette date, qui correspond au solstice d’été.

L’Aïd el Fitr célèbre la fin du ramadan

Lorsque le jeûne s’achève, les musulmans croyants célèbrent la fin du ramadan : l’Aïd el Fitr (fête de la rupture). Selon les années, et une nouvelle fois en fonction de l’observation de la Lune, elle a lieu 29 ou 30 jours après le début du ramadan.

Cette année, le CFCM a indiqué que l’Aïd-el-Fitr aurait lieu le jeudi 13 mai. Mais l’Aïd el-Fitr n’est pas que l’occasion de faire la fête. La célébration rassemble les familles et amis qui se présentent vœux de bonheur et de santé en ce jour de fraternité.

Dans le monde entier, les musulmans la célèbrent en préparant un repas riche avant de se livrer à des prières. Il est également du devoir des croyants de garder une partie de la nourriture pour les plus pauvres. Des attentions spéciales à la famille sont également d’usage, telles que des cadeaux ou un coup de fil. C’est aussi un jour d’auto-évaluation et de réflexion où chaque musulman peut faire le point sur le mois de jeûne écoulé.

De nombreux rituels complètent le programme, du bain rituel d’avant la prière du matin à la consommation de dattes en nombre impair avant de sortir de chez soi, en passant par l’acte du « takbir ». Ce dernier consiste à chanter sur le chemin de son lieu de prière, à la gloire d’Allah.

« Dès l’arrivée du ramadan, les portes du Paradis s’ouvrent, celles de l’Enfer se ferment et les diables sont enchaînés » Mahomet (chef religieux, politique et militaire arabe issu de la tribu de Quraych. Fondateur de l’islam, il en est considéré comme le prophète majeur)

Leave a Comment