Posted on: 15 avril 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Memoirs and Misinformation vient de sortir dans sa version française, Mémoires flous. À travers ce livre, Jim Carrey sort une œuvre semi-autobiographique, dans laquelle l’acteur tourne en ridicule de nombreuses stars d’Hollywood.

Jim Carrey, un showman depuis le plus jeune âge

James Carrey, dit Jim Carrey, né le 17 janvier 1962 à Newmarket en Ontario au Canada, est un acteur, humoriste, scénariste et producteur de cinéma canado-américain.

Très tôt, Jim Carrey fait montre d’un sens prononcé du spectacle en se produisant régulièrement devant ses camarades de classe. Mais ce jeune garçon agité est vite confronté aux difficultés de la vie, travaillant quotidiennement en tant qu’agent de sécurité après ses heures de cours.

À la fin des années 70, Jim Carrey se lance dans la comédie en écumant les cabarets, où il officie comme imitateur. En 1985, il obtient son premier rôle marquant sur grand écran dans Séduction à pleines dents. Par la suite, partagé entre la télévision et le cinéma, il apparaît brièvement au générique d’un volet de l’Inspecteur Harry (La Dernière cible (1988)) et de Peggy Sue s’est mariée (1986) de Francis Ford Coppola.

En 1994, la carrière de Jim Carrey prend un virage décisif avec trois films qui mettent en valeur son comique extrêmement visuel. Si Dumb and Dumber, premier film des frères Farrelly, et Ace Ventura, détective chiens et chats sont de jolis succès d’estime, c’est avec The Mask que l’acteur se révèle au grand public en créature verte déjantée. La carrière de Jim Carrey est alors lancée.

En 1995, il incarne le méchant dans Batman Forever de Joel Schumacher, reprend son personnage d’Ace Ventura dans une suite intitulée Ace Ventura en Afrique puis interprète, un an plus tard, un inquiétant employé du câble dans Disjoncté de Ben Stiller. En 1997, il revient au comique pur avec Menteur, menteur de Tom Shadyac.

Spécialisé dans la comédie, Jim Carrey enchaîne alors l’année suivante avec deux longs métrages à tonalité plus dramatique, The Truman Show de Peter Weir et Man on the Moon de Milos Forman, qui lui apportent à la fois la crédibilité auprès du public et des professionnels. Dès lors, il oscille entre comique pur (Fous d’irène (2000), Le Grinch, Bruce tout-puissant (2003), Braqueurs amateurs (2005)) et œuvres plus ambitieuses (The Majestic (2001), Eternal sunshine of the spotless mind (2004)).

Après avoir joué les détestables personnages (Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, 2004), abordé le thriller fantastique (Le Nombre 23, 2007) et prêté sa voix à un éléphant (Horton, 2008) Jim Carrey dit « oui » à tout en 2009 avec la comédie Yes Man puis interprète un homosexuel dans I Love You Phillip Morris aux côtés d’Ewan McGregor.

On le retrouve par la suite dans une production Disney, Le Drôle de Noël de Scrooge, réalisée en motion-capture et dans lequel Carrey interprète vocalement pas moins de 8 personnages différents !

Apprécié par les plus jeunes spectateurs, l’acteur fréquente à nouveau la comédie familiale avec M. Popper et ses pingouins (2011). Après un passage éclair dans la saison 6 de la série 30 Rock en 2012 où il incarne un personnage de fiction apparaissant à la télévision aux côtés d’Andie MacDowell, Carrey surprend une fois de plus en rejoignant l’équipe de Kick-Ass et Hit-Girl pour les besoins de Kick-Ass 2, dans la peau du Colonel Stars and Stripes. En 2014, il reforme avec son acolyte Jeff Daniels le duo Lloyd-Harry pour Dumber and Dumber De, soit vingt ans après le premier épisode.

Jim Carrey, une énigme derrière l’acteur

Sept ans après avoir publié un livre pour enfants, Jim Carrey reprend sa plume avec Memoirs and Misinformation, une semi-autobiographie dans laquelle l’acteur tourne Hollywood en ridicule. Cette œuvre a pris huit ans à aboutir, co-écrite avec Dana Vachon, un ancien financier américain qui s’est lancé dans l’écriture dans les années 2000. Le livre raconte l’histoire d’un Jim Carrey fictionnel souffrant de la solitude et « noyé dans la richesse et le privilège », qui tente de donner un sens à Hollywood des années après avoir rencontré le succès.

Pour écrire ses mémoires, le comédien, apparu récemment dans Sonic, le film, a choisi de dépeindre un univers parallèle au sien : « Il n’y a rien de plus ennuyeux, à ce stade de ma vie artistique, que l’idée d’écrire les véritables événements de ma vie dans l’ordre chronologique ». Jim Carrey, dans ce livre, est une « représentation – un avatar de quelqu’un dans ma position. Un artiste, une célébrité, une star. Ce monde et tous ses excès, sa gloutonnerie et sa vanité. Même les éléments de fiction du livre relèvent de la vérité ».

Pour parler de son livre, Jim Carrey explique « que rien n’est réel mais tout est vrai ». Il ajoute que la meilleure façon de le connaître est d’entrer dans sa tête. Et c’est exactement ce qu’est son livre. Un véritable accès à sa tête avec tous ses délires. Il y confie ses passions, ses coups de gueule et ses peurs mais aussi de vrais moments de confession comme lorsqu’il raconte que sa vocation de clown est née alors qu’il n’avait que 7 ans pour faire rire sa mère, malade.

Certains dialogues du livre semblent même avoir une vocation thérapeutique, comme ce que lui exprime son frère : « c’est toi qui n’est jamais heureux Jim. Toi et ton putain de manque de confiance en toi. Ta putain de rage refoulée et ton putain de manque d’affection. C’est pitoyable ».

Mémoires flous, une critique satirique d’Hollywood

Ce livre est également une critique hilarante mais réelle d’Hollywood à travers les coulisses du faux film sur Mao Ze Dong ou encore à travers les personnages d’actrices qui découvrent la réalité du milieu.

Pour raconter ses mémoires, Jim Carrey fait intervenir de nombreuses stars dans les pages de son livre, comme Gwyneth Paltrow, Nicolas Cage, Tom Cruise ou encore Anthony Hopkins. Des acteurs et actrices que le comédien a volontairement transformés en personnages de fiction, et dont il se moque gentiment.

Dans une interview pour le New York Times, il raconte avoir envoyé « une lettre d’explication » à ces derniers pour les prévenir que ses intentions ne sont pas malhonnêtes. « C’est une satire et une parodie mais c’est aussi fait avec beaucoup de respect », explique-t-il. « La plupart des gens dont je parle dans ce livre sont des gens que j’admire beaucoup ».

Nicolas Cage y est ainsi dépeint comme un collectionneur de crânes de dinosaures, qui est aussi le meilleur ami de Jim Carrey : « Je discutais avec Nic Cage il y a deux jours. Je ne lui avais rien dit au sujet du livre et un jour je lui ai mis sous le nez. Et il a juste dit « Jim, je suis honoré, mec. Tu n’as pas idée ». Je lui ai dit que je lui avais réservé les meilleures répliques ».

Tom Cruise est quant à lui appelé « Laser Jack Lighting » dans les pages du roman, pour des raisons juridiques. Comme les autres, Jim Carrey se paye gentiment sa tête. « Je connais Tom. Il est possible qu’il me frappe, plaisante-t-il. Mais bon, je prendrai ça comme une œuvre d’art. Je pense qu’il va adorer ».

C’est donc avant tout un roman, drôle et très inventif qui se moque de son époque avec beaucoup de justesse tout en permettant au lecteur d’en apprendre un peu plus sur les acteurs qui l’ont bercé sur écran.

Mémoires flous est bien un roman, qui interroge sur la notion d’identité. Jim Carrey et Dana Vachon ont écrit un livre hilarant, démesuré, cataclysmique par moments, qui dresse un portrait en creux plus vrai que nature de Carrey l’acteur, et de Hollywood. Satire mordante de la société du spectacle et « semi-autobiographie », Mémoires flous est un roman inclassable, comme Jim Carrey !

« Je pense que tout le monde devrait devenir riche et célèbre et faire tout ce qu’il a jamais rêvé, afin qu’ils puissent voir que ce n’est pas la réponse » Jim Carrey (acteur, humoriste, scénariste et producteur de cinéma canado-américain)

Synopsis du livre :

Jim Carrey est une star de cinéma adulée. Il a beaucoup de succès, on envie sa réussite et ses privilèges. Mais il est très seul. Il commence à vieillir, il prend du poids. Il passe des nuits à chercher de l’affection auprès de ses chiens de garde entraînés par le Mossad et à regarder des documentaires improbables sur Netflix. Il a tout tenté pour sortir de sa déprime : les régimes, les gourous et même les bons conseils de son cher ami, acteur et collectionneur de crânes de dinosaures Nicolas Cage. Rien ne va, jusqu’au moment où il croise la route de Georgie. C’est l’amour de sa vie, il le sait, il le sent. Charlie Kaufman, scénariste de Dans la peau de John Malkovich, lui propose alors un rôle dans un film d’un nouveau genre, un film qui repousse toutes les limites existantes et qui lui permettra sûrement de remporter un Oscar. On dirait que l’horizon s’éclaircit enfin… Mais l’univers a d’autres plans pour Jim Carrey…

Leave a Comment