Posted on: 9 mai 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Le beau temps a du mal à arriver mais c’est tant mieux pour nos estomacs ! Soirée pluvieuse, soirée heureuse avec cette recette de crozets au beaufort et au basilic. Un plat gourmand avant les beaux jours !

Mais d’où nous viennent ces pâtes originales ? Son nom proviendrait du patois savoyard « croé » qui veut dire « petit » … Comme « petit carré de pâte ».

En Tarentaise depuis des siècles, les savoyards confectionnaient au rouleau de généreux petits carrés de pâtes avec du blé, des œufs et … un authentique savoir-faire. Puis, ils confiaient au soleil le soin d’un séchage doux.

On raconte aussi que le crozet est né du besoin des montagnards, de limiter au maximum le volume de nourriture dans leur sac à dos. Ils décidèrent alors d’emporter des pâtes mais découpées en petits carrés

D’autres prétendent que le crozet vient du latin « crux » qui signifie croix. Quelle que soit la véritable histoire de la création du crozet, cette recette au beaufort vous fera fondre !

Ingrédients (pour 6 personnes) :

15 cl d’huile d’olive

1 litre de bouillon de poule ou de volaille

30 cl de vin blanc sec

600 g de crozets au sarrasin ou nature selon vos goûts

300 g de beaufort

1.5 oignon

Préparation :

Commencer par bien préparer tous les ingrédients. Faire bouillir 75 cl d’eau puis rajouter un cube de bouillon de poule ou de volaille. Pendant la cuisson du bouillon, râper le beaufort et hacher l’oignon. Verser l’huile d’olive dans une bonne sauteuse et faire revenir les oignons (attention, ne pas trop les colorer) à feu moyen.

Rajouter les crozets et les mélanger à l’oignon, de sorte qu’ils absorbent ce qu’il reste de l’huile d’olive. Faire déglacer au vin blanc.

Verser progressivement le bouillon de poule, petit à petit, jusqu’à ce que les crozets soient cuits. Cette opération doit prendre environ 20 minutes.

Ajouter le beaufort et mélanger de façon à obtenir une préparation homogène. Servir dans les assiettes et ajouter du basilic ciselé pour ajouter une note de fraicheur dans ce plat. Bon appétit !

« Si j’avais un fils à marier, je lui dirais : Méfie-toi de la jeune fille qui n’aime ni le vin, ni la truffe, ni le fromage, ni la musique » Colette (femme de lettres française, également mime, comédienne, actrice et journaliste)

Leave a Comment