Posted on: 13 juillet 2021 Posted by: manonquenehen Comments: 0

Confronté à une reprise de l’épidémie de Covid-19, le chef de l’Etat a confirmé, lundi, l’obligation vaccinale pour les soignants, ainsi que l’extension du pass sanitaire. Voici les principaux points à retenir !

« Un été de mobilisation pour la vaccination, voilà ce que nous devons viser : vacciner un maximum de personnes partout, à tout moment » : dans une allocution télévisée prononcée lundi 12 juillet à 20 heures, Emmanuel Macron a insisté sur l’importance de la vaccination pour sortir de la crise sanitaire et a confirmé l’obligation vaccinale pour les soignants et les aidants.

Le président de la République a par ailleurs annoncé l’extension du pass sanitaire aux bars, restaurants et trains dès le mois d’août et la fin de la gratuité des tests PCR à l’automne.

L’objectif initial de son intervention était de définir le cap des dix derniers mois du quinquennat, en évoquant les réformes comme celle des retraites. Mais la reprise des contaminations, en hausse depuis quelques jours, ainsi que la menace d’une quatrième vague à l’automne ont poussé le chef de l’Etat à concentrer son allocution sur la situation sanitaire.

Obligation vaccinale pour les soignants et les aidants

Emmanuel Macron a annoncé la vaccination obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, ainsi que pour les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile.

Les personnes concernées « auront jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner » et après cette date seront mis en œuvre « des contrôles et des sanctions », a-t-il ajouté. Les soignants non vaccinés au 15 septembre « ne pourront plus travailler et ne seront plus payés », a ensuite précisé le ministre de la santé, Olivier Véran.

Le projet de loi fixant cette obligation doit être examiné le 20 juillet en commission à l’Assemblée nationale puis dans l’hémicycle entre le 21 et le 23 juillet, pour une adoption définitive avant la fin du mois.

Concernant le reste de la population, « en fonction de l’évolution de la situation, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français, a déclaré Emmanuel Macron. Mais je fais le choix de la confiance et j’appelle solennellement tous nos concitoyens non vaccinés à aller se faire vacciner dès aujourd’hui au plus vite. »

Début août : extension du pass sanitaire aux bars, restaurants, trains, centres commerciaux…

Le pass sanitaire (test négatif ou preuve de vaccination complète) va être étendu sur tout le territoire pour les « lieux de loisir et de culture » rassemblant plus de 50 personnes dès le 21 juillet.

Dès le début du mois d’août, ce pass sera également nécessaire pour entrer dans les bars, restaurants, centres commerciaux, trains, avions, hôpitaux ou encore dans les Ehpad.

Pour les restaurants, le non-respect de l’exigence du pass sanitaire conduira à des sanctions pouvant aller jusqu’à la fermeture de l’établissement, ont déclaré des sources au sein de l’exécutif au Monde.

Accélération de la vaccination et campagnes de rappel à partir de la rentrée

Des campagnes de vaccination spécifiques seront déployées dans les établissements scolaires dès la rentrée, dans l’optique d’accélérer la vaccination des jeunes. Celle-ci est déjà ouverte à tous les enfants de 12 ans et plus depuis mi-juin.

Une campagne de rappel à compter de début septembre sera également mise en place pour les vaccinés de janvier et de février. Le président a déclaré que pour « ceux qui, vaccinés les premiers, c’est-à-dire en janvier et février, verront prochainement leur taux d’anticorps baisser, dès la rentrée, une campagne de rappel sera mise en place pour vous permettre de bénéficier d’une nouvelle injection ».

Fin de la gratuité des tests PCR à l’automne

Les tests PCR deviendront payants à l’automne, sauf prescription médicale, a annoncé le président de la République, « afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests ». La date précise de la mise en place de cette mesure n’a cependant pas été communiquée.

Les contrôles aux frontières renforcés

Les contrôles aux frontières seront renforcés « dès cette semaine (…) pour les ressortissants en provenance des pays à risque, avec un isolement contraint pour les voyageurs non vaccinés », a fait savoir le chef de l’Etat.

L’état d’urgence sanitaire déclaré à la Martinique et à La Réunion

Face à la recrudescence de l’épidémie à la Martinique et à La Réunion, l’état d’urgence sanitaire est déclaré dès aujourd’hui, en conseil des ministres. Un couvre-feu sera instauré.

Le chef de l’Etat a justifié cette décision, qui sera entérinée en conseil des ministres, par le « niveau de vaccination insuffisant » et par la « forte pression » hospitalière dans ces deux territoires.

Certaines personnalités politiques dénoncent un « apartheid »

« Installation officielle de l’apartheid avec l’extension du #Passesanitaire comme dans aucun autre pays au monde », réagit Florian Philippot, président des Patriotes, sur Twitter. En réaction à cette annonce, l’homme politique, connu pour être une figure du mouvement anti-masques, anti-confinement et anti-vaccins, appelle au boycott des établissements soumis à cette obligation. L’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi dénonce elle aussi l’arrivée d’un « apartheid dans le pays des droits de l’Homme ».

« Un pass sanitaire pour se rendre dans un centre commercial, c’est-à-dire un pass sanitaire pour manger ?? Se rend-on bien compte de ce que cela signifie en matière de libertés publiques ? Mais dans quelle société M. Macron fait-il basculer la France ? », s’est indigné Gilles Platret, un des vice-présidents des Républicains sur Twitter.

« Recul grave des libertés individuelles, déconstruction de l’Etat, liquidation de notre système de protection sociale : la feuille de route de Macron est claire. C’est encore les Français qui paieront l’imprévoyance et l’incompétence de nos dirigeants. Pour nous c’est non ! », a réagi Marine Le Pen, du Rassemblement national.

Le patron de l’OMS dénonce la « cupidité » qui prolonge « l’agonie du monde »

« Si la solidarité ne fonctionne pas, il y a un mot pour expliquer la prolongation de l’agonie de ce monde, cette prise d’otage par le virus… C’est la cupidité », a dénoncé le directeur général de l’organisation onusienne, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l’issue du point de presse régulier de l’agence à Genève.

Sur un ton exaspéré, il a dénoncé le fossé mondial dans les livraisons de vaccins qui sont « irrégulières et inégales ». « Certains pays, certaines régions sont en train de commander des millions de doses de rappel tandis que d’autres n’ont pas pu vacciner leurs personnels soignants et les parties les plus vulnérables de leur population », avait confié le dirigeant.

Et pendant ce temps… La réforme des retraites engagée « dès que les conditions sanitaires seront réunies »

Emmanuel Macron a confirmé lundi que la réforme contestée de l’assurance-chômage, dont certaines dispositions ont été suspendues par le Conseil d’Etat, serait « pleinement mise en œuvre dès le 1er octobre ».

Quant à la réforme des retraites, suspendue au début de l’épidémie, elle devrait être relancée « dès que les conditions sanitaires seront réunies » pour rendre le système « plus simple et plus juste », a déclaré le chef de l’Etat. 

« Parce que nous vivons plus longtemps, il nous faudra travailler plus longtemps et partir à la retraite plus tard », a poursuivi Emmanuel Macron, préconisant la suppression des régimes spéciaux pour les nouveaux entrants.

Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé un « revenu d’engagement » pour les jeunes sans emploi ou sans formation, particulièrement touchés par la crise sanitaire, suivant une « logique de devoirs et de droits ».

« La dictature, “c’est ferme ta gueule” ; la démocratie, “c’est cause toujours” » Jean-Louis Barrault (comédien, metteur en scène et directeur de théâtre français)

Leave a Comment